PSYnergie, Annuaire de Psychologie

Ne pas se faire commander sa vie

Tout le monde a eu dans son enfance un objet, un doudou ou un jouet qu'il préférait à toute autre chose. Un objet dont on ne pouvait pas le séparer sous peine de lui apporter une grande tristesse. Si aucun prêt n'étais envisageable en aucun cas il ne tolérait d'un tiers qu'il s'en accapare. Une possessivité telle à être capable d'asséner ce dernier s'il le saisissait, voire même détruire l'objet si toutefois il pensait le perdre à tout jamais au profit d'autrui. Une destruction de ce qu'on aime plutôt de souffrir trop d'un autre qui s'en amuserait à sa place. Quitte à le perdre à tout jamais autant que cela soit de même pour tout le monde. Alors que si on était persuadé que nôtre bien être perdurerait malgré l'absence d'une chose, on ne trouverait plus de raison de s'y attacher.

Finalement, les sentiments ne sont l'effets que de peurs, notamment celle de ne pas espérer un même plaisir avec quelque chose d'autre pour refuser de se séparer de ce qu'on a, ou de ne pas espérer mieux que l'autre pour envier ce qu'il détient. Des peurs qui malheureusement sont aussi à la source des agressivités telles que la jalousie. Un amour des choses qui pousse à ne plus vouloir les partager et des rapports sentimentaux qui fonctionnent de même que ce soit entre deux êtres ou vis à vis d'un objet.

Serait-il possible alors de séparer deux êtres qu'ils s'aiment ? Eh oui malheureusement. L'égocentrisme étant une réflexion qui ne répond qu'à des peurs, notamment celle qui est le plus appréhendée sur le moment et il est très aisé de manipuler les sentiments en jouant sur celles-ci.

Prenons un exemple de votre enfance. Alors que vous vous amusez continuellement avec un jouet que vous adorez, vos parents décident de vous l'enlevez des mains pour le mettre sur l'armoire de leur chambre. Une décision pour ne plus supporter le bruit qui faisait ou toute autre excuse qui leur apportait un désagrément. Quoi qu'il en soit, une séparation forcée par les autres pour n'en voir que par leurs intérêts et non les vôtres. D'ailleurs, ne supportant pas cette séparation vous vous mettez de suite à pleurer, voire même faire une crise de nerf car les sentiments ne se commandent pas. Malgré tout, ces derniers vont quand même tenter de les influencer en avançant des critiques sur l'objet pour sous-entendre quand même une action pour votre bien. Des diffamations que vous rejetez en premier lieu avant que ceux-ci se servent de tout vôtre entourage pour vous convaincre d'aller à contre sens de vos ressentiments, comme dans la thèse sur la bascule de la conscience vers l'inconscience.

L'emprise est l'effet d'une domination mentale qui arrive à vous imposer leur façon de voir les choses à l'encontre de vos propres intérêts. Elle peut se réaliser par le vice comme dans la thèse des St Thomas mais aussi par l'instauration de la peur. En effet, beaucoup de personnes obéissent par crainte de réaction néfaste en retour plutôt qu'au bon sens. Certes on me dira aussi qu'on obéit à une personne qu'on aime. Sauf qu'on le fait aussi par crainte de la perdre si on ne le ferait pas. Une peur qui est toujours présente y compris pour gérer les sentiments.

Influencé donc par le numérique vous finissez par croire les bêtises dites sur vôtre jouet pour finir à vous monter contre lui. C'est ce que l'on appelle un blocage psychologique pour aller à l'encontre de la logique. Des sentiments que vous avez bloqué pour satisfaire les intérêts d'autrui et non les vôtres. Vous n'allez plus vers le jouet pensant même en avoir perdu tout sentiment. Des sentiments qui resteront ainsi refoulés tant que vous resterez au contact de ceux qui vous apportent du négatif à son égard. Mais une fois ces derniers sortis de la pièce, plus en position de vous influencer dans le mauvais sens, que vous vous débloquez. Les sentiments refaisant surface vous ne pouvez plus vous empêcher d'aller voir vôtre jouet en cachette. Une attirance que vous rejetterez aussitôt si toutefois vous étiez surpris en trouvant vite d'autres prétextes pour expliquer votre présence auprès de lui. Des excuses pouvant aller jusqu'à prétendre le haïr, voire se moquer qu'il soit jeté à la poubelle. Des paroles que vous ne pensez pas mais uniquement émises pour éviter les critiques ou des réactions violentes en retour. Un comportement qui résulte de ce que les autres pourraient penser plutôt de répondre à vos véritables ressentiments. Une peur des autres qui passe au dessus de celle d'avoir perdu complètement son jouet pour toujours le sentir proche.

Un retour envisageable auprès de vôtre jouet que les autres n'apprécieraient pas au point de vouloir aussitôt vous occuper avec un autre. Un jouet à la con dont ils vont tout tenter pour le faire paraître mieux que l'autre en inventant que du positif à son sujet et ainsi espérer qu'en jouant avec celui-ci vous finirez par abandonner toute idée de récupérer le préféré. Des premières tentatives qui seront infructueuses mais qui avec le temps finiront par apporter un résultat. En effet, par la peur de vous ennuyer en restant seul et ne pouvant plus aller vers l'autre sur le moment vous finissez par vous amuser avec celui à la con. Un jouet envers lequel vous n'avez pas de réel sentiment car de suite les autres sortis de la pièce que vous retournez voir le préféré, bien même la présence du deuxième. Une vie qui consiste à vivre avec une chose tout en pensant à une autre. Un jouet dont vous vous en lasserez vite pour contraindre les autres à vous en amenez un autre et ainsi de suite. Des jouets successifs auxquels vous n'accordez pas trop d'importance jusqu'au moment où vous apercevez que vôtre préféré a disparu. La sensation de perte définitive entraînant la peur intense de ne plus jamais retrouvé le bonheur, elle finit par passer au dessus de la crainte des autres, et jetant aussitôt celui à la con vous courrez dans tous les sens pour espérer retrouver vôtre préféré. D'un échec que vous vous en retournerez vers les manipulateurs pour ne plus vous gêner de leur dire ce que vous pensez. Une sortie brutale d'emprise parce qu'une peur vient de surmonter celle des autres pour ne plus craindre d'exprimer vos réels sentiments et agir en conséquence.

Si cela parait bénin comme conséquence, il faut savoir que cela fonctionne de même si on mettait des personnes à la place des jouets, et cela quelque soit l'âge des personnes car le mécanisme des peurs ne varient jamais. Beaucoup de séparation sont dues à l'influence d'un entourage qui agit dans le but de satisfaire un intérêt personnel, bien même ils laisseraient sous-entendre par leurs propos n'en voir que par le bien être d'autrui. Sauf que cela entraîne des blocages psychologiques qui rendent malheureux jusqu'à déclencher des fortes dépressions chez la personne manipulée. Des personnes manipulées qui ne trouvant pas le bonheur avec le premier jouet à la con, le tente avec d'autres, pour finir de passer de lit en lit sans jamais retrouver le bonheur qu'elles avaient eu avec le préféré. Malheureusement, la plupart du temps, ce sont les membres de la famille qui se rendent responsables de telles situations.

Toute personne victime de telles manipulations, se retrouvant donc à vivre avec une personne qu'on lui a imposé espérant lui faire oublier l'autre, se met à vivre avec la personne qui l'a fait culpabiliser, celle qui par sa présence à ses côtés va lui empêcher de retrouver un vrai bonheur sentimental. Mais une personne avec qui le manipulé restera faute de mieux et non par réelle passion. 

Aucun sentiment ne se commande et les influencer ne contribuent qu'à les bloquer et non les faire disparaître.

 

       

   

  • 4 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Commentaires

  • SSOMW

    1 SSOMW Le 27/10/2011

    Magnifique.

    Je rajouterais à cela, suite à mes réflexions personnelles, l'enseignement globalisant et généralisant qu'on subit à l'école, nous forçant à nous tourner vers des concepts plutôt que vers la réalité du monde ("La carte n'est pas le territoire"), et à l'apprentissage par "coeur"....
    L'épanouissement passe avant tout par l'expression de ses sentiments, c'est à dire la production d'actions sous influence du Ca. La société d'aujourd'hui, malheureusement, nous impose ses propres causes de production d'actions (comme l'achat compulsif, ou la tendance à consommer d'avantage dès qu'on obtient un revenu plus important...).

Ajouter un commentaire

Anti-spam